La food, cet obscur objet du désir

Artiste : @Tonyfutura

Saviez-vous que dans les couvents, les asperges étaient interdites, parce que les bonnes soeurs estimaient « que ce n'était pas du tout un légume convenable, qu'il ne fallait pas manger cette grande tige qui s'allonge vers le ciel » ? 

C’est ce qu’affirme la journaliste gastronomique Nathalie Helal dans son dernier ouvrage. « Même les légumes ont un sexe » explore les liens étroits et ambigus entre sexe et nourriture. De la pomme d’Adam et Eve aux suggestifs émojis pèches et aubergine, elle pose un regard historique et critique sur notre notre société de consommation. On vous prévient… vous ne regardez plus jamais votre primeur du même oeil.

Amour 2.0

Nous pourrions penser ne plus avoir besoin de nous cacher derrière des métaphores culinaires pour parler "cul". Pourtant la sexualisation de la nourriture est omniprésente dans nos quotidiens. Le vocabulaire amoureux témoigne des relations étroites entre érotisme et gastronomie,  se rapprochant parfois du cannibalisme : « je vais te manger », « tu es un petit chou », « je vais te dévorer de baisers », « je vais te croquer ».

A l’heure de l’amour 2.0, on sextote à coup d’emojis aubergine et pêche (d’ailleurs relookés par Apple pour les rendre moins suggestifs, puis réintégrés !), 

On « adopte un mec » dans un supermarché de l'amour, où les hommes sont (assez stupidement) présentés comme des denrées alimentaires. Dans le métro, les publicités pour Tinder se confondraient presque avec celles de Frichti, qui nous promettent que l’on va rencontrer l’âme soeur aussi vite que le burger de ce soir sera livré.

@frichti

@frichti

Sur l’application Fruitz, pas besoin de passer par quatre chemins, si l’on cherche une relation sérieuse, on choisit la cerise ou le raisin. Si l’on préfère le "plan cul", la pastèque serait préférable. Enfin, pour un coup d’un soir, on opte pour la pêche.

Healthy sex vs Food porn

L’assiette est devenue notre partenaire sexuel régulier, que l’on expose comme un trophée. Alors que règne le culte du manger sain et des régimes ultra restrictifs, veggie, sans gluten, raw... le food porn serait-il devenu une forme de résistance au "serrage de ceinture" généralisé ? Gros plans appétissants, orgies romaines, légume sexy ou gras dégoulinant… la frontière de l’intime est franchie et la nourriture fait gagner des followers.

@girlswithgluten

@girlswithgluten

Des fruits contre la censure

En plein phénomènes #me-too et #balancetonporc (encore un fabuleux analogisme gastronomique !), la parole autour du désir féminin se libère à travers de nombreux artistes et comptes Instagram. Pour éviter la censure des réseaux, ces comptes usent et abusent de parallèles fruitiers pour représenter le corps féminin. Les fruits deviennent une arme de résistance (qui l’eût cru ?).

Vulvotopia project - Charlotte Abramow

Vulvotopia project - Charlotte Abramow

À l'heure où les moins de trente ans préfèrent manger que faire l'amour (véridique !), arrêtons de projeter tous nos fantasmes sur ces pauvres fruits et légumes. À L'agence il y en a qui aimeraient pouvoir manger leur banane tranquillement, sans se soucier du regard des autres ... 

 

Même les légumes ont un sexe, Nathalie Helal, éditons Solar, avril 2018, 208 pages, 18 euros 90.

Sexualité - La grande enquête. Pourquoi les jeunes font si peu l'amour ? Courrier International, février 2019.

Eaters digest, The future of food, Havas Worldwide, 2017