Food porn vs food art

3ème sujet le plus discuté sur les réseaux sociaux, le food est au cœur de nos préoccupations. Chez Shortlinks, on suit de près ces deux tendances qui redéfinissent l’exigence visuelle des consommateurs.

deliveroo déshabille le pornfood

deliveroo déshabille le pornfood

Deliveroo a récemment fondé sa campagne sur cette obscénité  de la nourriture (gross en américain) et quand la très conservatrice Bonne Maman cède à la tentation de nous faire pénétrer dans ses cookies dégoulinants de caramel, on se dit que le food porn, c’est l’outrance au service de la gourmandise !

campagne Bonne Maman mai 2015

campagne Bonne Maman mai 2015

Food Art

Le food art nous raconte autre chose. Lubie créative des instagramers, l’approche social media reste avant tout pour les marques une façon succulente de délivrer un contenu créatif et de partager une expérience esthétique. La Fermière ou Oreo en font carrément leur ligne éditoriale, et nourrissent ainsi un brand content créatif.

Plein pot sur le food art la Fermière Crédit Instagram

Plein pot sur le food art la Fermière Crédit Instagram

Oreo ou Ladurée ? Crédit Instagram Oreo

Oreo ou Ladurée ? Crédit Instagram Oreo

Après Mondrian chez l’Oréal, le Eat Art de Spoerri a bien grandi et se décline à toutes les sauces : food artists internationaux, sculpture sur pastèque, food cubes, gâteaux zoetropes… L’imagination n’a pas de limites. Serait-ce parce que l’estomac est notre deuxième cerveau ? À méditer autour d’un bon plat.

Nous, entre franchise crue du food porn et esthétisme créatif du food art, on a tranché : tout est bon à manger !